Comment gérer les risques bancaires ?

23

Les mesures imposées par la pandémie ont durement touché le secteur bancaire et ont mis en évidence de nombreuses lacunes, mettant en doute la fiabilité de certains aspects des modèles bancaires. Évidemment, il était impossible de prévoir une cessation économique mondiale de cette ampleur, mais le problème n’est pas que les banques aient utilisé des modèles qui ont échoué face à la crise, mais qu’elles n’ont pas prévu de plan d’urgence, affirme McKinsey dans un récent article.

Les modèles actuels ont du mal à intégrer de nouvelles informations agiles parce que les systèmes et l’infrastructure sur lesquels ils sont construits n’ont pas la flexibilité nécessaire. Selon McKinsey, les banques devront améliorer leur modèle de gestion des risques.

A voir aussi : Quel est le taux maximum d'endettement ?

La situation actuelle a affecté tous les aspects des activités d’une banque. Les modèles de notation se sont avérés inexacts et incapables d’évaluer la solvabilité dans tous les secteurs ou segments de clients ; les indicateurs du système d’alerte montrent des signaux trompeurs ; les modèles de liquidité ne prédisent pas les grands extrants et le rééquilibrage des portefeuilles et les approches fondées sur des modèles de risque de marché qui réagissent excessivement aux pressions sur les prix et le crédit.

L’ impact de la crise a parfois rendu les modèles économiques inutiles pour soutenir la prise de décisions en ces temps difficiles.

A découvrir également : Comment faire un prêt immobilier lorsque l'on a un problème de santé ?

Une réaction trop tôt ?

Les banques ont dû réagir rapidement, mais ont été exposées à de nouveaux risques. Parmi les mesures prises à la hâte, on peut penser à :

  • Remplacer les modèles uniquement par des conseils d’experts
  • Recalibration des modèles à l’aide de données récentes
  • Adaptation des résultats du modèle sur la base d’une analyse experte
  • Les modèles alternatifs de construction pour répondre aux besoins actuels des canapés

Ces mesures d’atténuation ont été entravées par des délais de mise en œuvre courts, le manque d’accès à d’autres les sources de données et l’absence d’un modèle commercial agile sous-jacent.

Parmi les risques auxquels les banques sont confrontées pour réagir à une telle vitesse, on peut citer l’échec du modèle, les messages ou les décisions contradictoires et l’incapacité d’entreprendre une adaptation efficace.

Les banques devront reconsidérer leurs moyens de faire plus que d’agir efficacement et de gérer la crise à court terme. Ils doivent veiller à ce que les solutions en cours de route n’aient pas d’impact à long terme et adoptent une stratégie modèle cohérente et résiliente.

La direction à prendre

McKinsey croit que les institutions ont donc une stratégie en deux phases. Le premier répondra à court terme et le second améliorera le modèle de gestion des risques à long terme afin d’accroître la résilience et de permettre un ajustement proactif du changement.

Ajustements de la crise doit donc être efficace et éviter des coûts excessifs. McKinsey recommande la création d’un groupe de travail qui dirigera la banque en mode crise. Cette équipe devra examiner rapidement le modèle de gestion des risques et mettre en œuvre un plan d’intervention.

McKinsey propose un plan en quatre volets :

  1. Inventaire des ajustements des modèles et des modèles de risque afin d’évaluer les modèles qui ont échoué ou qui sont susceptibles d’échouer et de déterminer les ajustements à apporter.
  2. Mesures d’atténuation des modèles cohérentes pour personnaliser et appliquer les modèles à toutes les fonctions et
  3. opérations Examen des ajustements du modèle, pour adapter le modèle et les hypothèses sous-jacentes.
  4. Plans de réaménagement à court et à long terme

Dans la deuxième phase de la stratégie, les banques devront revoir leur modèle de gestion des risques en tenant compte de certains éléments clés :

  • Avoir un aperçu du modèles pour évaluer la pertinence de chacun et de leurs risques
  • Établir un modèle de plan d’urgence, une solution d’urgence pour assurer la continuité des activités modèle en cas de perturbation.
  • Créer un tableau de bord dynamique de gestion des risques
  • Développer un bassin de talents flexible et polyvalent, des personnes possédant l’expertise et les capacités nécessaires pour identifier les modèles de risque pour les rôles et les entreprises, et pour réaliser des évaluations ciblées des risques liés aux modèles.

Si ces diverses mesures avaient été prises avant la pandémie, certains problèmes auraient certainement pu être évités, dit McKinsey.

vous pourriez aussi aimer